Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vifke - Viviane Beaufumé

Textes et citations qui ont illustrés "Emergences"

31 Mars 2009

Une peinture n’est pas juste un tableau en soi. Elle fait partie d’un ensemble.

Quand une toile vous touche, c’est aussi parce qu’il y en a eu des dizaines d’autres avant celle-ci et qu’elle contient un petit quelque chose de chaque toile qui a précédé….et déjà quelque chose de celle qui suivra…

 

Quand une peinture me plaît, m’émeut, je ne l’explique pas, je savoure cet instant, et si c’est partagé, le bonheur sera multiplié.

 

On peut faire une peinture, mais c’est encore plus la peinture qui nous fait.

 

Les mots me manquent
Les couleurs foisonnent
La peinture explose tel un

Feu d’artifice

 

Recouvrir la toile de tout ce qui paraît négatif, du noir, du gris, du marron, prendre un gros pinceau, le tremper dans un pot d’orange cadmium, et illuminer le noir, le gris, le marron, lui mettre du feu, de la lumière, sans tout cacher, laisser apparaître un peu de noir, …. Car cela fait partie de la vie.

 

Apprends par cœur les inspirations de tes mains,
Et créer, heureux de la puissance des liens,
La beauté de ton chemin.
(Julie Côpin Bellule)

 

« Au début, j’ai l’espoir de faire un beau tableau. Puis je ne sais plus. Je suis désespéré. Finalement, j’accepte ce qui vient. » O. Wahl  (Le mot me manque)

 

« L’acte de peindre est totalement anodin : c’est juste prendre une feuille et mettre de la peinture. Alors pourquoi en faire toute une histoire ? »  O. Wahl (Le mot me manque)

 

« La liberté du peintre, c’est d’accepter le tableau qui vient et non pas d’en inventer un de toutes pièces »

O. Wahl (Le mot me manque)

 

« Lorsqu’on copie, on n’arrive pas à comprendre ce qu’il y a en soi, on ne sait pas percevoir et exprimer sa différence. »  Zao Wou-Ki (Autoportrait)

 

« Un sans-vouloir naturel, libéré de la pensée raisonnante, de la raison analytique, des dogmes moraux, des automatismes de perfection, de la préoccupation des apparences, etc. Il s’agit bien de tout oublier de cet état d’être là. 

Tout oublier jusqu’à l’abandon du moi pour un temps.

Oublier ce que l’on veut être, car c’est un frein au destin.

Oublier ce que l’on croit être, car c’est une prison qui ne nous laisse que peu de chances de découvrir nos territoires inconnus»  Fabienne Verdier (Entre ciel et terre)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article